un campagne

pour la liberté et pour. . .

un avenir durable

2017 ... un moment décisif

 

2017 est une année déterminante pour notre pays, le Rwanda. Selon toute évidence, le Général Paul Kagame, cherchera à prolonger son règne de 23 ans par au moins un autre mandat de 7 ans. Malgré l'histoire habillée de mensonge qui a été propagée par les machines à propagande FPR durant les 21 dernières années, le régime du président Kagame a en réalité été caractérisé par un règne de terreur, la privation de la liberté d’expression pour les citoyens Rwandais à se exprimer, et, plus récemment, Kagame a fait montre d'un abus systématique des pouvoirs de l'Etat en forçant une grande partie de la population Rwandaise à signer des pétitions factice pour exiger l’amendement de la constitution afin de lui permettre de briguer un nouveau mandat et de continuer à le faire indéfiniment. Le peuple du Rwanda est déjà conscient de l'illégitimité des élections de 2010 et de 2003 ; nous ne pouvons donc pas accepter et n’accepterons jamais  ce continuel abus de pouvoir qui va se traduire en déni permanent du droit du peuple rwandais à déterminer son propre destin et à choisir librement ses  dirigeants.

Le peuple rwandais  veut-il la suppression de la limitation des mandats présidentiels? 

 

Dans une ignoble mascarade politique, les citoyens du Rwanda ont été contraints à signer de pétitions pour la suppression de la limitation des mandats inscrite dans la constitution rwandaise. La majorité de la population est approché par le personnel de sécurité et des agents gouvernementaux dans leurs maisons ou leur lieu de travail, et est obligée de signer des formulaires indiquant qu'ils veulent que Kagame continue à diriger le pays en tant que président à vie. Et tout cela malgré le fait que le peuple du Rwanda a été plongé dans une angoisse permanente sous le régime du FPR et de l’administration du Général Paul Kagame. La machine de propagande du gouvernement a été de faire accroire au monde extérieur l'idée qu’il y a au Rwanda  un soutien presque unanime pour cette modification constitutionnelle. Tout cela se passe dans un climat d’intimidation et de terreur.  C’est cette frauduleuse manipulation que nous dénonçons et contre laquelle nous protestons avec véhémence, en demandant que l’intimidation de la population cesse immédiatement.

Démocratie de façade

 

L’idée qu’il y aurait une démocratie au Rwanda est un mythe. La plupart des étrangers qui visitent le  Rwanda sont souvent dupés par les apparences qui les amènent à croire qu’il existerait un régime démocratique et les institutions étatiques au Rwanda. Cette tromperie reste masquée  parce que les Rwandais ont peur d'exprimer leurs véritables pensées et sentiments au sujet de «ce qu’est vraiment la vie  au Rwanda".  Une observation récurrente faite par la plupart de ceux qui  visitent le Rwanda est que le peuple rwandais a les lèvres serrées quand il s’agit de parler de politique au Rwanda, ou d'exprimer une opinion négative au sujet de la gouvernance et du leadership du pays. Toutefois, certains observateurs internationaux perspicaces commencent à prendre conscience de cette réalité, et sont de plus en plus vocaux à ce sujet, malgré les intimidations et menaces à leur vie qui sone proférées par le gouvernement Rwandais.

Nous sommes fatigués de la domination militaire

 

Depuis 1973, notre pays le Rwanda a été gouverné par des hommes forts issus des rangs de l’armée. Depuis des générations, la vue d'un soldat patrouiller dans les rues et les villages du Rwanda est celui qui fait peur dans les cœurs de nombreuses personnes. Aujourd'hui, l'armée rwandaise est utilisée pour terroriser non seulement la descente au Rwanda, mais pour provoquer la terreur dans les pays voisins de la RDC et du Burundi. L'armée est devenue un outil pour la cupidité personnelle et des campagnes de terreur à l'ordre du président Kagame et ses quelques gestionnaires. Agents de renseignement militaires rwandais sont utilisés pour faire taire les voix de l'opposition par le biais d'enlèvement et l'assassinat. Les rwandais, comme tous les peuples du monde, n’ont pas besoin d'être gouverné par le canon du fusil et méritent de déterminer leur propre destin sans menace de représailles. Nous plaidons pour que notre pays établisse un régime civil, où l'armée sert la population civile au lieu de la terroriser. Nous préconisons une politique de gouvernement qui rassure la population, afin que notre Rwanda soit un pays dans lequel les citoyens ne vivent plus dans la crainte de leur armée et les dirigeants.

Ultimatum           

 

Nous croyons que l'avenir de notre pays doit se construire sur base d'une société véritablement démocratique avec des institutions fortes  et point avec de hommes forts. Toutefois, nous constatons avec effroi que le tissu social sur lequel devrait se construire cette société  a été considérablement déchiré en raison de l'absence de libertés de l'individu et de la presse, le manque d'opposition politique efficace et l'oppression de toute tentative de ce qui précède. Afin de construire cette société qui assure l’avenir de notre pays, il nous faut donc impérativement résoudre sans délai ce problème de la dislocation de tissu social. Nous formulons les exigences suivantes à l’adresse du régime de Kigali et demandons qu’elles soient remplies avant la tenue des élections présidentielles prévues en 2017.  Si le régime reste en défaut de donner une suite satisfaisante à ces demandes, le peuple du Rwanda se verra légitimé dans sa rejection de ce régime et de ses institutions.

 

  • Arrêter immédiatement le processus de la modification de la constitution visant uniquement à permettant un nombre illimité de mandats présidentiels.
     

  • Le FPR, parti au pouvoir, doit nommer et annoncer un autre candidat aux élections présidentielles qui est autre que l’actuel président Paul Kagame, qui, en vertu de la constitution voulue par ce même FPR, ne peut plus se présenter.
     

  • Donner la garantie que les autres parties, y compris ceux en exil, peuvent commencer le processus d'inscription au Rwanda et soumettre leurs candidats sans restrictions imposées par le FPR.
     

  • Ouvrir l'espace politique aux Rwandais de toutes les dispositions et coloration politiques pour leur permettre de participer au débat politique au Rwanda.
     

  • Libérer tous les prisonniers politiques (notamment Victoire Ingabire, Deogratias Mushaidi, Dr Théoneste Niyitegeka, et tous les autres)
     

  • Reconnaître que le génocide et les massacres de 1994 ont donné lieu à des victimes de toutes les composantes ethniques - les Hutus, les Tutsis et les Twas et permettre donc d’honorer la mémoire de tous ceux qui ont perdu leur vie. Il faut respecter le deuil pour tous les Rwandais qui ont perdu des êtres chers.
     

  • Traduire en justice tous ceux qui étaient coupables dans notre passé violent, y compris les soldats de l'APR et les individus qui ont à ce jour joui d'une impunité et n’ont pas eu à répondre de leurs crimes.
     

  • Présenter des excuses officielles au peuple de la République Démocratique du Congo pour la complicité du régime dans les massacres de leur peuple, et traduire en justice les responsables de cette complicité.
     

  • Faire une déclaration pour rassurer tous les Rwandais, à l’intérieur comme à l'étranger, que toute forme de violence et représailles du régime à l’encontre des personnalités de l'opposition cessera.
     

  • Arrêtez l'ingérence dans les affaires intérieures du Burundi, de la RDC et la Tanzanie en finançant les insurrections par procuration, en proférant des menaces, en finançant des partis politiques et les individus et en commanditant des assassinats des hommes publiques dans ces pays.
     

  • Permettre à tous les media, y compris les médias interdits basés à l'étranger, d'opérer librement et sans restriction au Rwanda.
     

  • Faire cesser la culture rwandaise d’autocensure des médias.
     

  • Cesser de harceler les journalistes rwandais et étrangers, des militants et toutes les personnes qui critiquent le régime rwandais.

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

ignoré

Rejoindre la conversation

Twitter: @amahoriwacu2017

facebook.com/peaceathome